Malachi Farrell
(Irl/F, né en 1970, vit à Paris)
Retour à Bricolages

Fish Flag Mourant (Black Kettle), (1998-2000)
technique mixte, dimensions variables, 3'30''
(courtesy: galerie Xippas, Paris)

Lieux d'exposition
Kunstmuseum des Kantons Thurgau à Ittingen

Fish Flag Mourant (Black Kettle), (1998-2001)
cliquer sur l'image pour plus de détails
(photo: Markus Landert)


Repères biographiques

Expositions personnelles
2001 Centre d'art contemporain La Synagogue de Delme, Delme / 2000 Galerie Xippas, Paris / La Ferme du Buisson, Noisiel / Maison des Arts, Malakoff / 1999 The San Francisco Art Institute, San Francisco / The University Art Museum, Santa Barbara / CAPC Musée d'art contemporain, Bordeaux / attitudes, Genève / 1998 Blickle Stiftung, Kraichtal / Festival de Théâtre, Rennes / 1997 Donegal Arts Festival, Galway / Galerie Anne de Villepoix, Paris / Caisse des Dépôts et Consignations, Paris / 1996 Casco, Utrecht /

Expositions collectives
2001 "Bricolages", curateur :attitudes ; Kunstraum Kreuzlingen, Kunstmuseum des Kantons Thurgau, Ittingen, Shed im Eisenwerk, Frauenfeld / 2000 S.M.A.K., Gand & Parc de Heverlee, Leuven / Biennale de Turin / Badischer Kunstverein, Karlsruhe / 1999 Le Printemps de Cahors / Le donjon de Vez, Vez / Espace Paul Ricard, Paris / 1998 Casino Luxembourg, Luxembourg / Musée Zadkine, Paris / Espace Electra, Paris / CCC, Tours / Gesellschaft für Aktuelle Kunst & Kunsthalle, Brême / Taipei Fine Arts Museum, Taiwan & La Ferme du Buisson, Noisiel / 1997 International Museum for Contemporary Arts, Moscou / Musée d'art contemporain, Marseille / Collection du FNAC, ENSBA, Paris / Collection de la Caisse des Dépôts et Consignations, Musée du Luxembourg, Paris / 1996 Secession, Vienne / CAPC, Bordeaux / 1995 Rijksakademie, Amsterdam / 1994 ARC, Musée d'art moderne de la Ville de Paris

Publications monographiques
"Malachi Farrell - Give then an inch and they make a mile", textes de Christine Macel, Catherine Francblin ; coproduction Centre d'art La Ferme du Buisson, Noisiel ; Centre d'art La Sinagogue de Delme, Delme ; La Maison des Arts, Malakoff ; Paris, 2001 (à paraître)

"Malachi Farrell & Seamus Farrell - Das Dorf", textes de Cécile Bourne, Robert Fleck, Christine Macel, Fernando Palma Rodriguez, éd. Ursula Blicke Stiftung, Kraichtal

Fish Flag Mourant (Black Kettle)
Le titre mélange le français et l'anglais, alignant les mots sans distinction. Fish et kettle (poisson et chaudron) renvoient à une locution anglaise : a fine kettle of fish - une sacrée tuile. La combinaison et la superposition d'images, de signes et de matériaux fonctionnent d'une manière analogue sur le niveau narratif et visuel. Remplissant tout l'espace en le transformant en scène de théâtre : la mise en scène d'un désastre avec, au centre, l'idée d'un poisson malade, couché au lit, relié au flacon de perfusion, levant de temps en temps sa vilaine tête de robot pour voir tressaillir, palpiter et mourir ses images oniriques. Le poisson semble posséder des poumons ; la respiration perçue comme un signe de vie sous la couverture noire lui donne une étrange position intermédiaire entre un animal écailleux et un être humain. On ne peut l'exprimer plus directement : la flaque d'eau signifie la mer ; les déchets déposés contre les murs ont été pêchés dans la Weser ou se sont amassés pendant l'installation de l'œuvre. Les poissons colorés suspendus au plafond ou dispersés au sol ne sont pas seulement de petits robots représentant des poissons mourants, mais, de plus, chaque poisson est le représentant d'une nation dans ce chaos global. Ordinateur et détecteur de mouvements coordonnent la danse malsaine, les cris et les hurlements. Les déchets, les câbles, les derniers instruments de travail, tels que capsules de silicone, éponge et détergent : tous ces objets abandonnés peuvent être utiles dans ce cauchemar. Chaque élément parle de lui-même et renvoie à autre chose. Les renvois clairs, répétitifs et non chiffrés à la pollution générale de l'environnement et la connotation multiple de chaque élément sont empreints d'une droitesse non sentimentale. Parce que cette vision d'horreur ne peut pas être montrée plus crûment, elle protège étrangement contre la netteté moralisatrice et l'ennui.
Eva Schmidt, 1998

Extrait du catalogue de l'exposition "Do All Oceans Have Walls ?", Gesellschaft für Aktuelle Kunst, KünstlerHaus, Städtische Galerie, Bremen,
17 mai - 26 juillet 1998. Curateurs : Horst Griese et Eva Schmidt