Cyril Verrier
(F/CH, né en 1969, vit à Genève)
Retour à Bricolages

- Les casques (2001), sculptures

Lieu d'exposition
Kunstraum Kreuzlingen



Casque agressif, 2001

Repères biographiques

Expositions personnelles
1998 attitudes, Genève / 1997 Art 3, Valence

Expositions collectives
2001 "Bricolages", curateur :attitudes ; Kunstraum Kreuzlingen, Kunstmuseum des Kantons Thurgau, Ittingen, Shed im Eisenwerk, Frauenfeld / 2000 Mire, Genève / A n.i.c.c television program 1, Bruxelles / Kaserne, Zürich / 1999 "anderswo 2", Kaskadencondensator, attitudes, Bâle / 1998 Centre pour l'image contemporaine, St-Gervais Genève / Circuit, Lausanne / FCDAV, Salle Crosnier, Genève "andere sichten - alternative spaces", Freie Sicht aufs Mittelmeer, attitudes, Kunsthaus, Zurich / 1997 Art Jonction, Nice / La BF15, Lyon / 1996 La Placette - Fri-Art, Fribourg / La Nouvelle Galerie, Grenoble / "Cabines de bain", curateur :attitudes, Piscine de La Motta, Fribourg / 1995 Galerie Agnès b., Paris / "Christmas show", curateur :attitudes, Galerie Art & Public, Genève / cinéma Spoutnik, Genève / Low Bet, Genève / 1993 75e anniversaire, Atelier Defraoui, Kunsthalle, Berne / 1990 Affaires culturelles françaises, Le Caire

Performance
2000 "Cela va se passer en ville", rue de la Pisciculture, Genève

Notes sur "Les Casques"
Ces casques de formes particulières ont pour base une réplique de casque ordinaire. Ils sont redessinés de manière à interagir avec des forces diverses. Chaque casque est muni d'un mécanisme propre à une action définie. (…)
Ce travail s'inscrit dans une réflexion autour de l'accélération générale des faits et gestes, des déplacements, des actions de chacun. Au quotidien, la recherche de vitesse, l'écrasement des distances ou la rapidité et la dématérialisation des transactions se font à tout prix, sans prise en considération des conséquences. Les révolutions technologiques sont dénuées de scénarios, détachées de toute vision utopique, et finalement la course effrénée généralisée semble vouée à un crash général totalement incontrôlé. (…)
Les casques peuvent être vus comme des petites mises en scène de ce qui pourrait arrivé à l'homme pressé. Ils fonctionnent sur l'inversion d'un schéma attendu, où l'objet docile servant à la bonne marche d'une action banale s'avère être l'instrument de son échec, voire même l'engin déclencheur d'un événement absurde et inattendu. Les casques dits de protection sont modifiés, détournés de leur rôle initial et deviennent des objets autonomes. L'utilisateur, lancé à une certaine allure, découvre les possibilités ou les inconvénients de son casque, et aussi la brutalité de l'arrêt ; dans les histoires drôles on appelle ça la chute, celle qu'il aurait fallu prévoir et se demander si ça valait la peine d'essayer le casque.
Cyril Verrier